Des produits de beauté sains

routine beaute minimaliste zero dechet et bio

Tout le monde est différent mais s’il y a bien quelque chose que j’ai trouvé difficile quand je suis passée au zéro déchet c’est bien la salle de bains. Et pour cause. Ayant travaillé pendant longtemps dans l’univers féminin j’étais devenue accro aux produits de beauté. J’avais plusieurs produits différents pour une même utilisation, accumulait les rouges à lèvres en en portant que deux, et faisait des provisions de produits en promotion pour ne jamais en manquer. Vous le savez j’accorde beaucoup d’importance à l’espace vide désormais et pour moi zéro déchet rime avec désencombrement. J’ai donc commencé par vider mes armoires.

Ce ne fut pas chose aisée car vider ne signifie évidement par jeter ! les produits que j’avais en trop ont été divisés en catégories : les produits que j’étais sure de ne jamais utiliser, ceux déjà entamés, ceux que j’allais finir avant de passer à une nouvelle routine. J’ai vendu en ligne les produits que je n’utiliserai pas, et ai donné à mes proches ou une association les autres. Pour les produits entamés, j’ai pris mon mal en patience pour les finir et les recycler ensuite. Ca m’a pris beaucoup de temps, surtout qu’il a fallu que je prévienne mes proches afin qu’ils ne m’offrent plus de produits.

Une fois ce tri réalisé, j’ai pu réaliser la place que j’avais dans les placards de ma salle de bains. Pendant le temps que j’ai pris à finir mes produits entamés, j’ai pu réfléchir à ma nouvelle routine que je voulais mettre en place. Pour moi il n’est pas question encore de passer au zéro déchet car le changement serait trop drastique et cela mou pousserait à craquer dans pas longtemps. C’est simple, cette routine est désormais divisée par deux.

Alors voici la routine que j’ai mis en place :

  • Pour le visage : une crème hydratante anti pollution bio de Lavera, un soin de jour yeux lavera, un BB crème Garnier (pas encore trouvé de BB crème qui me convienne bio), du mascara Lancôme, du crayon à sourcils Guerlain, une crème paupière Mac. Le soir : Démaquillant pour les yeux Cils demasc, démaquillant Melvita, gel moussant nettoyant Melvita. Crème de nuit Lavera et contour des yeux lavera.
  • Pour le corps : crème riche Melvita, déodorant Schmidt en alternance avec Respire
  • Sous la douche : savon solide acheté dans la savonnerie près de chez moi, de même pour le shampoing solide, après-shampoing elsève de L’Oréal, huile de coco bio pour les cheveux de temps en temps
  • Crème solaire Biarritz
  • Brosse à dents en bambou, dentifrice solide

Bien sur je me nettoie et me démaquille au coton lavable. Vous le voyez cette routine doit être améliorée mais je prends mon temps pour cela car je ne veux pas me frustrer. Je sais déjà ce que je peux améliorer et je mets en place des choses petit à petit.

Et vous qu’avez vous changé dans votre routine beauté ?

Les 5R comment je les ai mis en place au quotidien : Réduire

Photo by Bench Accounting on Unsplash

Les 5R du zéro déchet correspondent aux 5 piliers à respecter pour gagner son mode de vis zéro déchet. Refuser ce qui est superflu, Réduire le nécessaire, Réutiliser ce qu’on achète, Recycler ce qui peut l’être et Composter le reste. Voici comment j’ai mis en places ces principes au quotidien : Réduire

Si vous avez lu mon article la méthode KonMari, vous connaissez déjà mes début dans le zéro déchet. En fait en désencombrant ma maison, j’ai tout naturellement réduit le nombre d’objets qui s’y trouvaient surtout : vêtements, ustensiles de cuisine et objets hétéroclites en tout genre. Pour tout dire, quand on commence à réduire le nombre de choses qui nous entourent, il devient plus facile ensuite de refuser car on sait que tel ou tel objet n’aura pas d’utilité chez nous. de la même manière plus on désencombre, plus on prend de plaisir à utiliser les objets que l’on garde, ça aussi je l’ai appris avec la méthode KonMari.

Mais quand on parle de Réduire, ce n’est pas juste améliorer l’espace dans lequel on vit, c’est surtout moins consommer. Il y a quelques années j’avais découvert le principe de la décroissance. J’avais été très intéressée par le fait que nous sommes tous des acteurs et que nous pouvons faire changer les choses. Réduire, c’est moins consommer. C’est ne consommer que ce dont on a besoin. Or c’est précisément l’inverse qu’on nous inculque depuis des années notamment lorsqu’on veut faire des économies (« achète en gros »). Non. Justement, n’acheter que ce dont on a besoin et acheter au fur et à mesure permet de mesure sa consommation et d’éviter au maximum le gaspillage.

Je l’ai donc mis en place dans ma cuisine et dans ma salle de bains. Et oui car il faut vous avouer que j’ai toujours eu un faible pour les produits de beauté et de soins et j’avais tendance à les accumuler. Désormais, j’ai un produit à la fois, à défaut d’être encore passé au zéro déchet ;).

Et pour vous que signifie Réduire ?

5 astuces ultra faciles pour débuter le zéro déchet à la maison et au bureau

Attention je n’ai pas dit astuces faciles, j’ai dit astuces ultra faciles ! Tellement faciles qu’on plus aucune excuse de ne pas se mettre au zéro déchet chez soi.

Astuce n°1 : On remplace son sachet de thé par un infuseur réutilisable

C’est simple cela se trouve partout : dans les boutiques spécialisées comme dans les grandes surfaces. Il faut également savoir que ce type de contenant permet de restituer bien plus de saveurs qu’un sachet de thé classique. Pour l’achat de thé on privilégiera les petites enseignes (pour ma part de me fournit à la brulerie du quartier) mais on peut aussi acheter les boites de thé en grande surface.

Astuce n°2 : On remplace ses cotons à démaquiller jetables par des lavables

Aujourd’hui cette pratique s’est démocratisée et on en trouve partout. Mais si vous le pouvez, privilégiez ceux en fibre naturelle et si possible produits en France. Par exemple via ManaMani.

Astuce n°3 : On se sert de sacs réutilisables pour aller faire ses courses

De plus en plus d’enseignes refusent de fournir les sacs, il faut dire qu’une loi passée en 2016 les y obligent. Mais on peut encore trouver des sacs en plastiques à acheter pour quelques centimes. Plutôt que de les voir s’accumuler chez vous, privilégiez les sacs réutilisables en plastique ou en tissus, les fameux tote bags.

Astuce n°4 : On remplace l’essuie tout par un torchon en tissu

Pour ma part j’ai plusieurs types de torchons dans ma cuisine : ceux pour essuyer la vaisselle, ceux pour débarbouiller les visages de mes enfants et ceux qui servent en permanence pour éponger un peu d’eau ou des tâches dans la cuisine. Une fois mis en place avec un cycle de machine, on ne revient plus jamais en arrière !

Astuce n°5 : On utilise un mug réutilisable au bureau

S’il y a bien un domaine où on peut tous faire des efforts, c’est bien pour les gobelets en plastiques ou carton. On tient à notre disposition sur notre bureau notre mug réutilisable et on n’utilise plus jamais de gobelet en plastique. Le gain de matière est incroyable.

Je suis sur que vous aviez déjà mis en place plusieurs de ces astuces. Vous continuez avec laquelle ?

Cet automne on mange…

Nous sommes en plein automne et même si dans les magasins, tous les fruits et légumes sont à votre disposition, il ne faut pas oublier de consommer local et de saison. Voici les légumes et fruits d’hiver les plus faciles à cuisiner :

  • Les courges à profusion ! Potiron, citrouille, potimaron, courge butternut, patisson…
  • Les poireaux
  • Les oignons
  • Les choux : chou vert, chou fleur, chou frisé, chou romanesco chou rave
  • Les panais
  • Les blettes
  • Le céleri
  • Des champignons cueillis en local

Et en fruit on mange quoi ?

  • Des pommes, des pommes, des pommes!
  • Des poires
  • Des coings, cuits et en compote avec ou sans pommes
  • Des kakis
  • Des kiwis
  • Du raisin

Et des noix, des noisettes, des châtaignes.

Comment gérer le goûter des enfants

Photo by NordWood Themes on Unsplash

Le goûter des enfants, c’est tout un sujet pour le zéro déchet. En effet, la société d’aujourd’hui nous a habitué à acheter des aliments sous vide car c’est plus pratique et pourtant il n’y a rien de mieux pour les enfants et la planète que le home made. La seule chose à retenir pour y arriver c’est l’AN-TI-CI-PA-TION.

Voilà comment je m’organise pour les goûter de ma fille :

le dimanche soir je réalise des petits gâteaux pour la semaine. J’ai pris la recette sur la chaîne de Coline, que je vous invite à suivre car elle propose plein d’astuces zéro déchet. Les gâteaux sont des parts individuelles car c’est ludique et plus rigolo pour les enfants, pour ma part c’est en forme de petit ours. Je les conserve ensuite dans un bocal en verre hermétique. Lorsque l’on part en vadrouille je place ces gâteaux dans une pochette achetée au Québec, là bas ils appellent ça une pochette à collation. J’ajoute une pomme ou une banane mais quand elle était plus petite je coupait et pelais la pomme et je la plaçais ensuite dans un récipient hermétique.

Finalement voici la liste des choses à avoir pour réaliser un goûter d’enfant sur le pouce zéro déchet :

  • Une gourde en inox (ici)
  • Une pochette à collation (ici)
  • Une boite à goûter (ici)

Les 5R comment je les ai mis en place au quotidien : Refuser

les 5r du zéro déchet comment je les mets en place au quotidien ? en refusant de consommer

Les 5R du zéro déchet correspondent aux 5 piliers à respecter pour gagner son mode de vis zéro déchet. Refuser ce qui est superflu, Réduire le nécessaire, Réutiliser ce qu’on achète, Recycler ce qui peut l’être et Composter le reste. Voici comment j’ai mis en places ces principes au quotidien : Refuser

On commence fort car c’est pour moi tout simplement le plus dur ! J’ai appris au fur et à mesure des mois à refuser les sacs des magasins mais que c’est difficile. Il faut en effet rester attentif tout le long du processus d’achat car une fois le papier ou le sac utilisé on ne peut pas revenir en arrière. A la boulangerie par exemple, une minute d’intention pour surveiller ma fille qui trottine dans la salle et la boulangère (pourtant habituée à me voir) a glissé le pain dans un sac en papier. Au marché même histoire, les vendeurs pour aller plus vite ont toujours un sac en papier dans les mains et tout en discutant ont tendance à ignorer le votre. Il a fallu que je m’accroche mais désormais quand je vais faire des courses j’ai toujours les contenants adéquats dans un sac.

Ce qui est difficile c’est de refuser les cadeaux. Et force est de constater que les cadeaux pour tout et pour rien sont légion dans notre société. Comme le préconisait Béa Johnson dans son livre zéro déchet, j’ai prévenu ma famille et mes amis de ma démarche et je dois reconnaitre qu’ils jouent relativement bien le jeu. Cela a engendré beaucoup de questions et de discussions et pour certains même une remise en question. Lorsque la famille vient à la maison pour le repas, les emballages sont de moins en moins présents.

Mais que faire des objets notamment pour les enfants ? Depuis la naissance de mes enfants je n’ai jamais été autant submergée par les cadeaux en tout genre, objets en plastique, vêtements, et ça me désole vraiment car si de nombreux cadeaux sont réfléchis, il y en a aussi qui viennent tout simplement encombrer notre maison et impossible de refuser une fois que le cadeau est déjà là. Je dois reconnaitre que c’est très difficile pour moi de les refuser alors même que j’ai prévenu la famille et les amis de notre démarche zéro démarche.

Les lectures qui ont tout changé (3/3) : Zéro déchet de Béa Johnson

Béa Johnson en conférence zéro déchet.
Source : zerowastehome

Le troisième livre qui a changé ma manière de vivre et de consommer est donc celui de la papesse du zéro déchet Béa Johnson. Pourquoi n’est ce pas celui que j’ai lu en premier ? Tout simplement car je n’était pas prête. Il y a plusieurs années j’étais tombée sur un reportage qui présentait Béa Johnson et son mode de vie zéro déchet. A l’époque je l’avais regardé telle une ovni et je n’étais pas la seule. Quand je repense aux réactions interloquées des journalistes autour de la table et à leurs questions presque condescendantes je me dis que Béa Johnson a du avaler bien des couleuvres pour imposer ses idées et devenir la précurseuse du zéro déchet au quotidien.

Mais force est de constater qu’après avoir commencé à modifier mon mode de vie, je ne pouvais pas passer à coté de ce livre. Comme moi des millions de personnes à travers le monde ont lu l’histoire et le cheminement de Béa Johnson vers le zéro déchet. Ce que j’y ai lu a fini de me convaincre qu’on ne pouvait pas continuer comme ça à consommer toujours plus de produits et à s’en débarrasser comme si cela n’avait aucune conséquence.

Suite à ce livre j’ai commencé à rechercher les boutiques en ligne ou près de chez moi vers qui me tourner pour commencer à consommer responsable et sans déchet. Il faut dire que Béa n’y va pas par quatre chemins. Réduire ne suffit pas, le meilleur des déchets est tout simplement celui qu’on ne produit pas. Elle raconte dans son livre des anecdotes sur la fabrication de son propre mascara, la mise en ligne de sa maison sur airbnb et son dressing minimaliste et franchement c’est radical. Ce livre secoue, et ça fait du bien. Et en même temps comme elle le dit elle-même : « le zéro déchet n’est pas une mode, c’est une nécessité ». Simple. Basique.

zero waste zero dechet bea johnson
Zéro déchet de Béa Johnson chez les Arènes

Retrouvez ici le premier et le deuxième livre qui ont tout changé dans ma démarche zéro déchet.

Les lectures qui ont tout changé (2/3) : Ca commence par moi

Depuis quelques années j’avais entrepris de désencombrer ma maison, notamment suite à ma lecture de La magie du rangement de Marie Kondo. Ce qui m’avait frappé dans cette lecture c’est que l’auteur invitait à se débarrasser du superflu et donc à jeter. Pas de trace de recyclage ou de seconde main dans l’ouvrage. A ce moment-là j’ai commencé à me demander où allait les objets dont nous n’avions plus besoin et j’ai réalisé à quel point je pouvais gaspiller notamment des vêtements ou des produits cosmétiques.

Avec cette prise de conscience j’ai commencé à faire beaucoup plus attention mais c’est en 2018 lorsque j’ai vraiment entrepris un travail de zéro déchet que je suis tombé sur ce livre ça commence par moi.

J’ai tout de suis accroché avec ce livre et pas seulement car l’auteur vient de la même ville que moi ! Il s’exprime très simplement et son ouvrage écrit de manière chronologique donne vraiment des astuces concrètes sur le quotidien faciles à mettre en place. Il parle aussi des loupés qu’il a connus et je trouve ça intéressant de se dire que personne n’est parfait et qu’on a tous droit à l’erreur. Enfin ce que j’ai particulièrement apprécié c’est que concrètement à d’autres auteurs il ne culpabilise pas du tout les lecteurs mais a vraiment une vision positive du zéro déchet et c’est très réconfortant.

Ni une ni deux j’ai commencé à mettre en pratique un certain nombre de ses conseils et ça m’amuse aujourd’hui de constater en rouvrant son livre que certaines choses sont devenues totalement naturelles pour moi.

Entre temps l’auteur Julien Vidal a pris du galon si je puis dire : il a créé une plateforme internet pour s’y retrouver dans tous ses conseils, il anime des conférences, participe à des débats sur le zéro déchet et j’aime le suivre car je le trouve pédagogue et positif.

J’ai vu qu’il vient de sortir un nouveau livre, cette fois-ci il invite les lecteurs à prendre leur place dans l’espace public afin de montrer que le zéro déchet peut être facile. Bref il invite à partager la bonne parole. Je vais peut-être me laisser tenter et le commander.

ça commence par moi – Julien Vidal – éditions du Seuil

Les lectures qui ont tout changé (1/3) : La méthode KonMari

la magie du rangement par Marie Kondo
Marie Kondo

On ne passe pas du jour au lendemain au zéro déchet. Quand la sensation de trop consommer est venue à moi c’est en observant ce qu’il se passait à mon travail. A l’époque je faisais partie d’une rédaction féminine et le nombre de produits cosmétiques que l’on recevait chaque jour en cadeau me laissait perplexe. Puis j’ai commencé à remettre en question ma manière d’acheter des vêtements. Il fallait toujours que j’ai la dernière pièce en vogue, même si ce n’était pas mon style. Résultat mon dressing croulait sous les vêtements alors que je n’en portais que le tiers de ce qu’il contenait.

Et puis j’ai entendu parler du livre de Marie Kondo, cette japonaise qui a fait du rangement son cheval de bataille. J’ai énormément désencombré mon appartement à Paris d’abord puis celui dans lequel j’habite ensuite. J’ai divisé par trois mon dressing actuel. J’ai donné, vendu, les objets que je n’utilisais pas et qui encombrait mes armoires mais aussi mon esprit. Mais surtout j’ai calmé ma frénésie d’achat notamment vestimentaire. J’ai profité de l’arrivée de mes enfants pour également le mettre en pratique pour eux, le tout aidé par un lavage régulier des vêtements.

L’autre chose que je retire de ce livre c’est qu’il a changé ma manière de percevoir les objets qui m’entourent. Sans aller jusqu’à les remercier de m’avoir servi, je reconnais qu’aujourd’hui j’ai une manière différente de les utiliser. De les regarder comme des êtres à part entière permet de les utiliser à meilleur escient. Par exemple, je lis toujours les notices des appareils désormais afin d’utiliser efficacement le produit. Cela permet enfin de s’en débarrasser moins vite car on aura une hésitation avant de le jeter. Enfin, et ça c’est une bonne méthode zéro déchet, je réfléchis toujours avant d’acheter un nouvel objet à si je vais vraiment l’utiliser. L’idée d’encombrer de nouveau mes placards me freine souvent et il m’est arrivé plus d’une fois d’emprunter un objet à un voisin plutôt que de l’acheter (perceuse, escabeau, appareil à crêpes ou raclette…).

Bien sur il n’y a pas que du positif : Si je reconnais que la méthode de pliage de Marie Kondo est très économique en place et permet de ne pas froisser les vêtements, je n’ai jamais réussi à m’y mettre. j’aime voir mes vêtements pliés comme dans une boutique, j’ai du mal à les enrouler. La seule exception c’est pour mes tiroirs à vêtements de sport qui sont plus faciles à plier.

La magie du rangement est à retrouver et commander sur la place des libraires.

la magie du rangement de marie kondo la methode konmari
La magie du rangement par Marie Kondo chez Pocket

Mon petit déjeuner (presque) zéro déchet

flocons d'avoine petit dejeuner zero dechet

Il y a quelques années quand j’ai commencé à me poser des questions sur mon empreinte environnementale j’ai logiquement remis en question ma manière de consommer. A cette époque, urbaine et sans enfant, ma nourriture quotidienne c’était restaurants et sur-emballages. Depuis j’ai déménagé en banlieue, j’ai eu deux enfants et j’ai surtout appris beaucoup de choses que j’ignorais sur la manière de produire la nourriture que je consomme. Une fois cette remise en question faite j’ai commencé à changer petit à petit ma manière d’acheter et de consommer.

Changer ses habitudes alimentaires (consommer local, bio, de saison) c’est difficile quand comme moi on raffole des tomates et des avocats. J’ai donc commencé par changer mon petit déjeuner et depuis quelques mois je suis fière d’avoir introduit pour moi et ma famille un petit déjeuner presque zéro déchet.

Le matin, c’est bol de flocons d’avoines pour tout le monde ! Flocons d’avoines achetés bio et en vrac, que je vais acheter toutes les semaines environ. Le lait, et bien c’est la seule chose que je n’ai pas encore trouvé en vrac, on le consomme bio mais la bouteille en plastique doit être jetée (si vous avez des alternatives je suis preneuse !). On assaisonne avec du sirop d’érable que nous ramène régulièrement ma belle-mère québécoise. On y ajoute des noix, des noisettes selon nos envies du moment. Ma fille de trois ans est très friande de ce petit déjeuner qui lui tient toute la matinée.

Pour nous adulte on boit du thé que je vais acheter en vrac dans une boutique spécialisée de ma ville. Cette boutique accepte mes propres contenants. Pour a fille c’est de l’eau.

On finit le repas (car oui c’est un repas, même un des plus importants de la journée) avec un fruit de saison. En ce moment c’est des pommes que l’on cueille dans la propriété familiale dans la vallée de Chevreuse. Un petit déjeuner complet, consistant et zéro déchet pour bien commencer la journée.

Et vous ? Que mangez-vous au petit déjeuner ?