Cet hiver on mange…

voici les legumes et fruits de saison a deguster pendant l hiver

Nous sommes en plein hiver ça y est et même si dans les magasins, tous les fruits et légumes sont à votre disposition, il ne faut pas oublier de consommer local et de saison. Alors oui je sais en plein hiver la liste n’est pas très longue et on a vite fait de faire le tour des fruits et légumes de saison. je vous conseille alors de varier les recettes pour varier les plaisirs : tartes, gratin, soupes, purées et cakes, à vous de vous amuser pour les déguster. Voici les légumes et fruits d’hiver les plus faciles à cuisiner :

  • les choux ! chou fleur, chou frisé, chou rouge, chou vert
  • le panais
  • le potimarron
  • l’endive
  • le poireau
  • la carotte
  • la mache
  • l’oignon
  • le chou de Bruxelles
  • la pomme de terre
  • le brocoli

Et du coté des fruits :

  • le citron
  • le kiwi
  • la noix
  • le kaki
  • l’orange
  • le pamplemousse
  • la pomme
  • la poire

De l'importance de dédiaboliser le zéro déchet

cet article a pour but de dediaboliser les termes du zero dechet comme l'economie circulaire le zero dechet ou le furoshiki

Dans ce post, je voulais vous parler du concept du zéro déchet d’une manière générale. En effet j’ai passé les fêtes dans ma famille et celle de mon mari et j’ai été une fois de plus frappée par la surconsommation de cette période de l’année, que ce soit en achat décoration, nourriture, cadeaux et emballages. Je vous en avait déjà parlé, c’est la raison pour laquelle j’avais commencé à m’intéresser au zéro déchet.

En discutant avec mes proches, je me suis surtout rendue compte que maitriser sa consommation et la rendre plus responsable sonnait dans la tête de beaucoup de monde comme arrêter de consommer tout court. En fait même le terme de zéro déchet fait peur, on me prend la plupart du temps pour une extrémiste qui n’achète plus rien et fait pousser ses légumes sur son balcon. J’aimerais bien 😉 mais là n’est pas la question ahaha. En fait il faudrait dédiaboliser le principe du zéro déchet, le démocratiser, le rendre accessible à tous. Beaucoup de famille n’ont pas conscience qu’ils pratiquent déjà le zéro déchet, mais à leur rythme. Alors je me suis dit que j’allais vous parler de quelques termes fréquemment utilisés dans ce milieu en détails et avec des exemples pour vous faire prendre conscience que vous faites déjà de gros efforts et et qu’à votre échelle vous participez déjà à l’effort commun.

Le zéro déchet : Déjà ce terme est utilisé lorsque l’on a pris conscience que les déchet que l’on produit ne disparaissent pas mais sont détruit/enfouis/brûlés… et créent donc de la pollution sur une planète qui est de moins en moins capable de l’absorber. Donc pratiquer le zéro déchet c’est tout simplement remettre en question son mode de consommation et essayer, à son rythme de réduire les déchets que l’on crée. Bien sur qu’on sait que le zéro déchet n’existe pas. Même la papesse du zéro déchet Béa Johnson en crée, regardez sa dernière photo Instagram. Réduire ses emballages, recycler ce qui peut l’être c’est déjà du zéro déchet.

Economie circulaire : Vous avez déjà vendu ou acheté des objets sur le Bon Coin ? Félicitation vous pratiquez déjà l’économie circulaire ! Et oui l’économie circulaire désigne le fait d’acheter ou de vendre en ligne ou en direct des objets d’occasion. Cette économie prend de plus en plus d’ampleur ces dernières années

Greenwashing : Le Greenwashing, c’est le fait pour une marque, une entreprise, d’utiliser des techniques marketing pour se donner une image écologique et responsable. Les entreprises qui vous promet de planter un arbre à chaque fois que vous achetez l’un de leur produit. C’est également cette multinationale de fast food qui change son logo et le fait passer de la couleur rouge à la couleur verte. Le problème c’est que ces entreprises jouent avec la prise de conscience collective sur l’environnement pour l’utiliser à leur escient et déculpabiliser le consommateur. Eux de leur coté réalisent toujours plus de revenus grâce à ce procédé.

Furoshiki : Le furoshiki c’est le principe japonais qui consiste à emballer des objets avec du tissu selon le principe de l’origami, du pliage et du nouage. Un emballage en tissu, c’est un furoshiki !

Tote bag : Et plus généralement les sacs réutilisables, si vous emmenez déjà vos propres sacs dans les magasins pour faire vos courses, alors vous pratiquez déjà le zéro déchet puisque vous les réduisez.

Compost : Le compost, c’est le fait de mettre de côté les déchets organiques, les épluchures de légumes et de fruits, afin qu’ils se transforme en une sorte de terreau très riche qui sera ensuite reversé dans la nature, le potager, les plates. C’est un procédé biodégradable qui réduit considérablement les déchets.

A mes trousses

Je collectionne les trousses, pochettes et autres boites de rangement comme marie kondo

Alors avez-vous été bien gâté à Noël ? J’espère en tout cas que vos fêtes se sont bien passées et que vous avez profité de votre famille et de vos proches. Pour ma part, j’étais plutôt contente d’avoir réussi à faire des cadeaux dématerialisés et à récupérer les emballages cadeaux des années précédentes pour cette année.

Et j’ai aussi eu droit à des petits cadeaux dont deux pochettes. Ah les pochettes… Mais aussi les trousses, les boites, c’est ma passion. Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé ranger mes affaires et mes objets dans des boites / des pochettes / des trousses. Et aujourd’hui cette passion est toujours là. Pendant longtemps j’ai pensé que je devais avoir un problème mais en fait plus j’en parle autour de moi et plus je rencontre des personnes qui ont cette même lubbie. Quand on sait cela, il n’y a rien d’étonnant à ce que je me soit mise au rangement… (Lire mon article sur la magie du rangement de Marie Kondo).

J’ai des pochettes, des trousses, des boites de tous les motifs et de toutes les tailles. Des anciennes boites Birchbox du temps où j’aimais recevoir des nouveautés chaque mois (quand on y pense ce commerce ne peut pas être plus à l’opposé du zéro déchet…), des trousses offertes dans les magasins, celles rapportées de l’étranger par des proches, celles que j’ai moi-même acheté et des pochettes en veux-tu en voilà. Il fut un temps où dans mon sac à main j’avais trois pochettes différentes pour ranger mon petit bazar.

Suite à mon désencombrement j’ai pourtant procédé à vider les placards et je me suis retrouvée avec un certain nombre de pochettes vides. 32 pour être exacte (oui j’ai compté j’ai honte). Pour certaines je les ai donné, pour d’autres je les ai gardé et je leur ai trouvé une nouvelle affectation. Ayant deux enfants j’ai vite trouvé une utilité pour ranger leurs jeux divers.

Et j’en ai gardé quelques unes qui servent à mon sac à main mais surtout quand je pars en voyage. Ainsi tout est bien rangé et je retrouve plus vite les affaires de toutes la famille. Lors de ma visite sur le salon Made In France cette année, j’ai eu le plaisir de découvrir une jolie marque de linge de lit : à demain. Bien sur je me suis intéressée à leurs trousses de toilette faites à partir des chutes de tissus des parures de lit. Evidement elles sont made in France et devinez qui est repartie avec le modèle Parcelle Emeraude ? Pour ma défense elle était douce comme un oreiller je ne pouvais pas résister. Bon le plus compliqué maintenant c’est que j’ai envie d’acheter les draps assortis… Consommation quand tu nous tient 😉

Et vous avez-vous des petites lubbies ?

Voici la trousse de toilette a demain faite a partir de chutes de tissus. Le modele Parcelle Emeraude.

Les 5R comment je les ai mis en place au quotidien : Recycler

Les 5R du zéro déchet correspondent aux 5 piliers à respecter pour gagner son mode de vie zéro déchet. Refuser ce qui est superflu, Réduire le nécessaire, Réutiliser ce qu’on achète, Recycler ce qui peut l’être et Composter le reste. Voici comment j’ai mis en place ces principes au quotidien : Recycler

Ah recycler…. Ce superbe mot utilisé à tord et à travers depuis des années utilisé dans tous les domaines et pour tout justifier même les actions les plus loufoques. Je ne suis pas très à l’aise avec cette partie car elle est très technique et les informations données tous les jours dans les médias ne sont pas toujours bien documentées. C’est simple, recycler est devenu la bonne excuse pour produire encore et toujours plus. C’est comme si les grandes marques se rachetaient une conduite : « Vous voyez j’ai créé une bouteille en plastique, mais elle est recyclable ». Oui sauf qu’en fait recyclable ne signifie pas forcément que l’endroit où elle va être jetée va réellement recycler ce matériau, ni que l’ensemble des composants de cette bouteille vont être recyclés. Par ailleurs, l’énergie dépensée pour recycler cette bouteille est une énergie qui pourrait être utilisée à meilleur escient.

Bref vous l’aurez compris, recycler ne doit pas être vu comme l’unique moyen pour pratiquer le zéro déchet. Car en effet, dans les 5R il n’arrive seulement qu’en 4ème position : On limite ses acquisitions en Refusant, on limite sa consommation en Réduisant, on limite sa consommation en réutilisant et seulement après on recycle ce qu’on peut recycler. Ce qui signifie que si on suit à la lettre les trois principes précédents, normalement on a pratiquement rien à recycler. C’est pour cette raison que des magasins en vrac voient le jour, que l’économie circulaire existe, car le recyclage coûte cher en argent et en énergie. Par ailleurs ne nous voilons pas la face. Le recyclage n’est pas infini et il arrive toujours un moment où il faut définitivement jeter le matériau.

Vous l’avez peut-être remarqué si vous habitez en Ile-de-France, depuis le 1er octobre 2019 nous sommes invités à mettre au recyclage l’ensemble de nos emballages là où auparavant il ne s’agissait que du plastique, du carton et des papiers non souillés. c’est une très bonne nouvelle mais je suis perplexe face à ce changement pour deux raisons : La première c’est que je ne vois pas comment en aussi peu de temps les pouvoirs publics peuvent recycler tout à coup tous ces matériaux, et la seconde c’est que les poubelles débordent désormais sans qu’il n’y ai plus de contenant qu’avant. Que va-t-on faire de toute cette matière désormais ? Il faudra un certain temps pour que les choses se mettent en place.

De mon coté comment j’ai mis les choses en place chez moi ? Et bien j’ai mis en place à la lettre (ou presque) les 5R au quotidien, ce qui fait qu’en refusant, réduisant, réutilisant, ma poubelle de recyclage a beaucoup diminué. Ce n’est pas tous les jours facile mais je m’aide des magasins en vrac pour réduire les emballages qui constituent la quasi totalité du recyclage.

Et vous comment avez-vous mis en place ce pilier au quotidien ?

Les 5R comment je les ai mis en place au quotidien : Réutiliser

comment j'ai mis en place les 5R au quotidien zero dechet : reutiliser

Les 5R du zéro déchet correspondent aux 5 piliers à respecter pour gagner son mode de vie zéro déchet. Refuser ce qui est superflu, Réduire le nécessaire, Réutiliser ce qu’on achète, Recycler ce qui peut l’être et Composter le reste. Voici comment j’ai mis en place ces principes au quotidien : Réutiliser

Dans le langage du zéro déchet, le terme Réutiliser peut signifier deux choses : La première c’est d’utiliser un objet avec le même but qu’il a été créé à l’origine. On a donc utilisé l’économie circulaire et acheté d’occasion par exemple. La seconde c’est d’utiliser un objet ou le modifier pour en détourner l’usage. On appelle ça l’upcycling.

Si j’ai depuis longtemps réussi à réutiliser des vêtements notamment quand mes soeurs m’en donnent ou quand je les achète d’occasion, j’ai toujours eu plus de mal à passer à l’upcycling. Pour moi, il faut faire preuve de créativité pour réutiliser objets, matériaux ou tissus qu’on possède chez soi pour en faire d’autres objets. Ce n’est pas forcément le cas mais il faut au demeurant aimer bricoler ou du moins être manuelle. C’est l’idée que je ‘en fais.

Avec du tissu, on peut réaliser des emballages réutilisables ou des chiffons pour nettoyer la maison. Avec des boites on peut faire un certain nombre de rangement. Internet regorge de tutos permettant de transformer et donner une nouvelle vie aux objets aussi c’est vrai que quand on se lance dans le zéro déchet il faut être imaginatif.

De mon coté j’achète très peu depuis que je me suis lancée dans le zéro déchet mais ce que j’achète notamment en vêtements sont de l’occasion et je les garde très longtemps. Il m’arrive aussi (rarement) de les faire évoluer, notamment sur des détails et des motifs du vêtements. Je pense qu’il y a quelque chose à améliorer à ce niveau là pour utiliser des choses à la maison sans avoir besoin d’acheter. Si vous avez des astuces je suis preneuse !

Esprit de Noël : des astuces pour une table de fête zéro déchet

table de fete zero dechet esprit de noel

Bon certes le titre est un peu racoleur. En vrai je sais déjà que notre table de Noël ne sera pas zéro déchet, d’abord parce que ce ne sera pas chez nous qu’on le fêtera (compliqué d’imposer ce mode de vie) et ensuite car vous le savez maintenant je ne veux pas aller trop vite dans cette transition. J’ai en effet encore à la maison de nombreuses décorations de sapin ou de table et il est hors de question pour moi de les jeter. L’idée de cet article est plutôt de vous inviter à réutiliser les décorations ou objets que vous avez chez vous et si vous acheter, d’investir durable. Voici donc quelques astuces à mettre en place chez vous si vous le voulez/pouvez :

Les serviettes en tissu : De mon coté j’avais déjà investi dans des serviettes en tissu que j’utilise désormais pour tous mes diners entre amis. J’en ai acheté douze pour ne pas être à court et si nous sommes nombreux à table. Certains diront que c’est facile à faire, je vous prie de croire que pour moi cela à été un crève-coeur car un de mes petits plaisirs était d’acheter des serviettes en papier fantaisie à Monoprix (chacun son truc hein). c’est donc bien fini, et pour Noël j’ai décidé d’investir dans des serviettes plus festives afin de pouvoir les utiliser lors d’événements plus particuliers (anniversaires, Noël…). J’en ai acheté douze et il s’agit de celles-ci. Mon petit plaisir dorénavant c’est de ne plus voir toutes ces serviettes qui finissent à la poubelle car le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas.

Le centre de table : Là aussi l’idée est de réutiliser ce qu’on a chez soi. Pourquoi ne pas découper un tissu que vous aimez bien pour l’utiliser pour la table ? Avec une petite déco la table sera bien mise en valeur.

La décoration : Il s’agit d’un classique et certains le font peut-être déjà mais l’idée ici est d’utiliser en décoration des choses qui existent déjà dans la nature : des pommes de pain, des branches de sapin, du houx , des fruits de saison ou des épices. C’est joli et ça sens vraiment très bon !

La vaisselle : Evidement si vous le pouvez bannissez les couverts et assiettes et verres en plastique. Le mieux est d’investir là aussi dans une vaisselle de bonne qualité, classique pour ne pas se lasser qui sera sublimée par la décoration réalisée.

Les bougies : Pour ma part je ne suis pas très fan en temps normal. Notamment après avoir appris que les bougies parfumées étaient toxiques pour l’air intérieur. Alors avec mes enfants à la maison très peu pour moi. Pour Noël en revanche je pense que l’on peut faire une exception mais dans ce cas là, choisissez les sans parfum et si possible made in France : Par exemple les bougistes.

Et vous quelle sera votre table de Noël cette année ?

Mon économie circulaire en ligne

sites economie circulaire

Quand on dit économie circulaire, on parle en fait de ce système dans le système qui consiste à acheter et revendre des produits déjà utilisés, neufs ou pas qui ont déjà été commercialisés. Il désigne aussi le fait de troquer des produits ou des services ou tout simplement de donner. Il représente de nombreux avantages pour les acheteurs et les vendeurs : Pour les premiers acheter moins cher pour les seconds se faire un peu d’argent ou simplement se débarrasser du superflu. C’est le terme utilisé aujourd’hui et qui est très à la mode. Tellement à la mode que les sites pour donner, vendre, acheter n’ont jamais aussi bien fonctionné et que le gouvernement se penche sur cette économie car les acheteurs et les vendeurs ne paient aucune taxe.

Lorsque j’ai lu La magie du rangement de Marie Kondo j’ai été frappée par le fait qu’elle suggérait de jeter tout objet superflu. (Elle explique d’ailleurs pourquoi : Il faut en effet se débarrasser de l’objet le plus vite possible lorsque l’on a décidé de le faire car sinon on risque de revenir en arrière et le garder. Or vendre ou donner peut parfois prendre du temps. C’est le principe de loin des yeux loin du coeur). Moi qui avait déjà pris l’habitude de donner les vêtements que je n’utilisait plus, jeter était déjà une aberration. Entre temps dans son documentaire sur Netflix elle a fait évoluer cette théorie et propose de donner, vendre, recycler. Moi de mon coté j’avais déjà découvert un certain nombre de plateformes sur internet qui permettait de vendre et d’échanger. Je vous ai répertorié ici mes sites d’économie circulaire préférés :

Vide Dressing : C’est par ce site que j’ai commencé à vendre mes premiers vêtements et accessoires. C’est parti très vite et tout s’est bien passé en ce qui me concerne (pas de problème de livraison ni de paiement) en revanche j’ai trouvé la commission gardée très chère. Par ailleurs ce site est très orienté luxe et une fois mes accessoires de grandes marques vendus il me restaient un certain nombre de vêtements.

Vinted : C’est mon site préféré pour vendre et acheter d’occasion notamment pour la mode femme et enfant. Je le trouve très bien fait que ce soit la plateforme internet ou l’application. C’est là que je vends beaucoup de choses vêtements et accessoires. Les notes permettent d’avoir confiance en les vendeurs ou acheteurs. En plus il n’y a pas de commission pour les vendeurs. Bien sur je n’ai jamais eu de problème de livraison ou de paiement mais je sais que tout le monde n’a pas eu la même expérience. Le point très négatif en revanche c’est que pour vendre correctement il faut vraiment brader les prix, aussi pour les acheteurs il y de très bonnes affaires à faire.

Le bon coin : Tout le monde connait ce site qui a été précurseur dans l’achat et vente d’occasion. Pendant un temps je n’y allais pas car je trouvais que les objets ne se vendaient pas mais depuis que la plateforme a été refondue et le paiement en ligne mis en place ce site a vraiment gagné en efficacité. J’y vends surtout des choses de mon mari.

Geev : C’est le site utile pour donner. Je suis très fan de cette plateforme notamment l’application mobile qui vient d’être refondue. La géolocalisation permet de trouver des objets près de chez soi et de donner très rapidement. Depuis peu on peut aussi donner de la nourriture mais j’avoue ne pas avoir encore testé ce service.

Facebook : Les groupes Facebook fermés sont enfin une très bonne manière de donner, acheter ou vendre. En effet, les groupes locaux de quartier sont un endroit où les personnes s’entraident énormément. Alors vendre et donner près de chez soi prend ici tout son sens.

Et vous quels sont vos sites préférés ?

Esprit de Noël : On passe à l'emballage cadeau en tissu (ou furoshiki)

exemple de furoshiki emballage tissu
l’emballage tissu est une très bonne alternative aux emballages jetables en papier et plastique

Furoshiki. Ce mot ne vous sans doute rien bien qu’il soit de plus en plus utilisé dans le language zéro déchet. Il s’agit d’un mot japonais qui signifie « emballage ». Le principe est de plier et de nouer le tissu pour envelopper ou emballer objets ou nourriture. Pour ma part je n’aime pas trop ce terme car utilisé devant des personnes qui ne pratiquent pas le zéro déchet, il peut vite rebuter. Le terme zéro déchet aussi d’ailleurs 🙂 mais je m’égare. Pour ma part je préfère parler d’emballages réutilisables ou emballages tissus et tanpis si c’est pompeux, au moins c’est français.

Je ne vous cache pas que j’ai mis du temps à m’y mettre et qu’il m’arrive même de régresser. Je parle des emballages cadeaux notamment, car on a vite fait d’accepter un emballage en magasin et parfois lorsqu’on commande en ligne le cadeau arrive déjà emballé.

Alors pour passer à l’emballage réutilisable, j’ai fait comme d’habitude pour y arriver : j’ai effectué une transition en douceur. J’ai commencé par garder les emballages qui pouvaient être réutilisés et de les utiliser à chaque fois que je pouvais. Je pensais par là diminuer progressivement la pile. Quelle ne fut ma déception. En effet lorsque vous êtes à un anniversaire il y tellement d’emballages qu’à force de les récupérer, votre pile au lieu de diminuer augmente. J’ai donc appris à séparer les emballages papiers de ceux qui contiennent du plastique pour au moins pouvoir en recycler certains.

Se posait également le problème des « sacs cadeaux ». Ca commence à fleurir en France mais au Canada il y en a partout. Ce sont des pochettes et des sacs très décorés qu’on offre à Noël et où l’on place le cadeau. Evidement le papier n’est pas le seul matériau utilisé et les paillettes, le plastique sont bien présents. Le sac est plus facile à réutiliser mais on en reçoit tellement qu’on ne peut jamais les réutiliser tous. Régulièrement je les distribue autour de moi notamment à mes soeurs afin qu’elles puissent aussi les utiliser.

Et finalement, doucement, je suis arrivée à l’emballage en tissu. Je n’ai jamais été très manuelle mais je doit dire que c’est assez facile de nouer le tissu et plutôt joli. Il suffit juste de bien le choisir. Pour cela, on peut en trouver de plus en plus qui sont très sympa. Pour ma part je me suis procuré le tissu chez Jhin à Paris. Mais l’interêt ici c’est aussi d’utiliser du tissu qu’on a chez soi ce qui est bien entendu la meilleure technique zéro déchet.

Je ne sais pas si j’aurais la possibilité d’emballer la totalité des cadeaux en Noël avec du tissu, mais je vais en tout cas m’en donner les moyens afin d’éviter la nausée le jour de Noël, au moment de ranger la pièce lorsque les cadeaux seront ouverts.

tissus furoshiki emballage cadeau reutilisable
Ces tissus viennent de la boutique Jhin à Paris

Mes petites remises en question

remises en question et doutes

Je ne sais pas vous mais depuis que je me suis lancée dans une démarche zéro déchet, il ne se passe pas un jour sans que je remette en question mon mode de fonctionnement. Que ce soit à la maison ou à l’extérieur, je ne cesse de me questionner sur la meilleure manière d’agir et je dois avouer que régulièrement le doute voire la fatalité m’assaille. Surtout quand cela vient toucher des cordes sensibles. Dans ces cas-là, je pose par écrit les doutes que j’ai et cela me permet de prendre un peu de recul sur la situation en cours.

En ce moment par exemple j’ai beaucoup de questionnements :

  • Comment fait-on pour ne plus acheter de produits de beauté quand cela faisait partie de nos petits plaisirs ? (voir mon article sur les produits sains). Je fais en effet partie de ces personnes qui adorent : finir un produit pour s’en débarrasser et en entamer un nouveau.
  • Comment ne plus acheter de cadeaux emballés dans du papier quand l’un de nos plaisirs c’est de déchirer l’emballage pour découvrir le cadeau ? Encore cette année je vais essayer de faire mes emballages en furoshiki.
  • Comment ne pas craquer dans une grande surface et acheter un produit emballé quand on a oublié ses sacs à vrac à la maison et qu’on a besoin de ce produit pour son enfant par exemple ?
  • Comment refuser un cadeau en plastique de mauvaise qualité à la famille qui veut gâter les enfants ?

Je suis comme vous et il m’arrive souvent de me décourager quand je vois mon entourage qui fait l’extrême inverse de ce que je veux appliquer chez moi. Alors j’ai appris à relativiser. Je continue tant bien que mal mon petit bonhomme de chemin tout en sachant qu’il y aura des jours ratés. Tanpis ma fille mangera ses flocons d’avoine et nous recyclerons l’emballage, acheter ce produit m’aura fait plaisir et j’en profiterai d’autant plus. Je réutiliserai l’emballage et je redirai à ma famille notre démarche zéro déchet. Il faut savoir faire des compromis sinon on n’avance pas.

Et vous comment faites-vous au quotidien pour gérer vos échecs et vos petites frustrations ?

Esprit de Noël : notre calendrier de l'avent inversé

calendrier de l'avent inverse pour noel

Esprit de Noël ou pas, cette année encore vous n’avez pas pu passer à coté des calendriers de l’avent. C’est simple, une fois Halloween passé, je les ai vu fleurir dans le supermarché près de chez moi. Je passe outre le fait qu’on trouve des calendriers de l’avent un 2 novembre, ce n’est pas le sujet bien qu’il y aurait beaucoup à en dire … (esprit de consommation quand tu nous tiens), mais ce qui m’a frappé c’est de voir la diversité de choix cette année encore : Milka, Kinder, Lindt, toutes les marques de chocolat étaient présentes et je ne parle même pas de l’Occitane, The Body Shop, Sephora, ou encore Chanel, Dior… Bref tout le monde veut en être. A ce propos j’ai vu passer sur Twitter qu’une influenceuse en a reçu 17 cette année. De quoi donner la nausée.

Vous l’aurez compris je suis pour l’esprit de Noël mais très peu friande de la surconsommation liée à cette période. Alors cette année encore, selon le principe que j’avais découvert chez Julien Vidal, j’ai décidé de réaliser avec ma fille de trois ans un calendrier de l’avent inversé.

Le principe est le suivant : Chaque jour du 1er au 24 décembre on place dans une boite un objet que l’on veut donner puis on offre la boite pleine à des personnes dans le besoin une fois la période des fêtes terminée. Ca c’est le principe de base, qui peut évoluer en fonction de ce qu’on a dans ses placards car l’idée ici est de ne pas acheter. L’année dernière je l’avais fait et je m’étais vite retrouvée à remettre ce système en question car on ne donne pas à quelqu’un des produits entamés par exemple. Or quand on a déjà fait le travail de désencombrer sa maison, la liste d’objets utiles à donner se rétrécit.

Alors j’ai fait évoluer le concept et cette année nous avons commencé avec ma fille un calendrier de l’avent inversé spécial bébé. En effet nous avons eu un petit garçon il y a quelques mois et avons donc reçu beaucoup de choses dont nous ne nous servons pas forcément. Dans cette boite, il y aura donc d’ici Noël : un peigne bébé, des produits de soins, des vêtements, chaussettes, chaussures, couches, alimentation diversifiée. Bien sur tout est neuf et non déballé.

En janvier, j’irai avec ma fille porter cette boite à une association de ma ville qui aide les parents en difficulté. Nous avons donc de quoi attendre Noël tout en faisant un geste ludique et solidaire.

Aviez-vous déjà entendu parler du calendrier de l’avent inversé ? Que pensez-vous du concept ?

calendrier de lavent inverse special bebe pour venir en aide a ceux qui en ont besoin
Mon calendrier de l’avent inversé spécial bébé ne contient que 5 objets mais est alimenté tous les jours.