De la simplicité d’une démarche Zéro déchet

Une fois n’est pas coutume mon billet du jour porte sur la manière d’appréhender la démarche zéro déchet. En effet, lors d’un précédent billet, je vous avais partagé mon avis sur le fait que le domaine du zéro déchet peut faire peur car on nous image souvent ayant des attitudes extrêmes et totalement à l’opposé de la manière de fonctionner actuelle. Il faut dire que le vocabulaire n’aide pas, avec des termes empruntés à d’autres langues ou complexes à utiliser (Furoshiki, tote bag,…) et que cela laisse croire qu’il s’agit là d’une petite communauté dans laquelle il faut montrer pate blanche pour entrer. Et pourtant nous essayons tous à notre niveau de rejoindre le zéro déchet. A notre rythme et avec des retours en arrière mais en tout cas on essaie.

Je voudrais vous partager une anecdote que j’ai vécu très récemment. Il faut d’abord que je vous explique que si je tends vers le zéro déchet chez moi, j’ai beaucoup de mal à « évangéliser » mon entourage. Je n’ai pas envie de devenir la « donneuse de leçon », la « rabat-joie » et encore moins envie d’entrer dans un débat avec mes proches (mais si vous le connaissez ce débat : Ah bon tu fais du zéro déchet mais pourquoi il y a un emballage en plastique là ? – Oh et pourtant tu te maquilles tu n’as pas honte!) Bref des débats stériles qui n’amènent nul part puisque la personne veut juste vous mettre face à vos contradictions et ne veut pas voir le vrai problème. Donc en général je ne dis rien, lorsque l’on sort j’amène mes récipients et essaie de ne pas voir les verres ou ustensiles en plastiques, accessoirement vendus comme réutilisables en magasin, qui viennent remplir les poubelles en fin de repas.

Mais lors d’un récent pique-nique organisé avec deux amies, l’une d’elles que je connaissais peu a indiqué quelques heures avant de se retrouver dans un message commun cette simple phrase :

« Au fait, j’essaie d’arrêter les bouteilles en plastique, si vous le pouvez venez avec votre gourde 🙂 ».

Et c’est tout.

C’était si facile, si simplement amené que je n’ai pas pu m’empêcher de penser que j’avais tout faux dans ma manière de fonctionner. En fait le zéro déchet c’est simple. C’est notre manière de l’aborder et de présenter la démarche qui est compliqué. Et plutôt que de vouloir chercher à changer les habitudes de notre entourage on pourrait tout simplement leur suggérer simplement des modifications à apporter.

Cette anecdote m’a fait réaliser beaucoup de choses sur ma manière d’appréhender le zéro déchet. Et à l’heure où les déjeuners sur l’herbe et la saison des barbecues s’est ouverte, je pense que je vais essayer de mettre plus souvent en pratique cette simple phrase.

Et vous comment évangélisez-vous votre entourage ?

2 commentaires sur « De la simplicité d’une démarche Zéro déchet »

  1. Merci pour ce bel exemple, tu as raison, c’est tout simple le zéro déchet. Ce qui est compliqué, c’est le changement. C’est ça qui fait peur: changer. Et c’est vrai que c’est difficile. Mais une fois que de nouvelles habitudes sont prises, ça n’a rien de sorcier le zéro déchet ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est tout à fait ça, le changement fait peur. Je le vois même lorsque je veux mettre une nouvelle habitude en place. Il manque encore d’initiatives pour encourager tout un chacun à se mettre au zéro déchet 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :